L’alliance Russie-Allemagne, un cauchemar pour l’Europe

image

Les Etats-Unis ne sont pas le principal opposant à l’alliance russo-allemande. Il n’existe aucun pays européen pour soutenir ce tandem qui vient de devenir un projet pour le moins terrifiant pour toute l’Europe, estime le fondateur de la société de renseignement Stratfor George Friedman.

La chancelière allemande Angela Merkel n’est plus un acteur important à l’échelle européenne. L’Allemagne, l’un des plus gros pays exportateurs, dont 50% des exportations visent la clientèle européenne, affronte maintenant une question cruciale: entend-elle assumer la responsabilité de toute l’Europe ou bien en être dépendante?

Quelles que soient les reconfigurations politiques et économiques dans la zone euro, elles peuvent avoir un impact négatif sur l’Allemagne, très vulnérable à l’heure actuelle. Quant à l’Europe, elle est en ce moment en passe de se désintégrer. Actuellement, chaque petit pas est entrepris par chaque pays individuellement, et jour après jour, il y a de moins en moins d’Europe et de plus en plus de nations, affirme le dirigeant-fondateur de Stratfor dans un entretien à Deutsche Wirtschafts Nachrichten (DWN).

Néanmoins, il y a toujours des pays qui progressent plus vite, telle que par exemple la Pologne, acteur déjà assez influent dans la région. Ensuite, il y la Turquie qui poursuit et réalise brillamment ses ambitions, et troisièmement, c’est le Japon qui avance. La Chine, la Russie et l’Allemagne sont parmi les Etats en chute libre, estime l’interlocuteur de DWN.

L’Allemagne, alors qu’elle repose toujours sur le mythe national des bourreaux de travail, ne dépend ironiquement pas de son marché intérieur. Son bien-être dépend largement de ses exportations vers les pays en voie de développement, et une fois ses marchés extérieurs perdus, l’économie allemande tombe en panne.

Un autre facteur qui a une grande incidence sur la situation intérieure en Allemagne, c’est la Russie qui, selon les données fournies par le Congrès des Etats-Unis, influence les partis et les mouvements en Europe. Pourtant, des partis comme le Front national existeraient toujours, même sans l’influence russe, d’après le fondateur de Stratfor.

A la question de savoir si les Américains craignent que les partis anti-Otan soient dominants dans les pays européens, M. Friedman n’a pas donné de réponse claire. Selon lui, l’Otan pour les USA serait une option plutôt politique que militaire et lorsqu’on s’apprête à intervenir où que ce soit, il faut le discuter avec chaque membre de la coalition séparément. Il n’existe donc pas d’alliance dotée du pouvoir de décider de tout, maintient-il.

Tout de même, contrer l’alliance Russie-Allemagne a été et reste toujours l’un des objectifs des Etats-Unis. De plus, il n’existe aucun pays en Europe qui soutienne cette alliance. A titre d’exemple, la Pologne et la France s’y opposent fermement. Le rapprochement russo-allemand se révèle un scénario terrifiant pour l’Europe entière.

source

Copyright © 2015-2016 Le Pouvoir Mondial

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s